Cyberpsychologie : l’impact des écrans sur notre bien-être émotionnel

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Quand le virtuel s’entremêle délicatement à notre réalité quotidienne, il devient alors impératif de se pencher avec rigueur et curiosité sur ce phénomène.

Le monde cybernétique, avec ses multiples ramifications et ses écrans omniprésents, façonne indéniablement notre psyché. Mais comment, au juste, cet univers numérique influe-t-il sur notre bien-être émotionnel ?

Lumière bleue et sommeil perturbé

D’une importance capitale pour notre santé mentale, le sommeil se voit parfois bouleversé par l’usage prolongé des écrans.

Les études, notamment celle publiée dans la revue Scientific Reports en 2017, démontrent un lien substantiel entre l’exposition à la lumière bleue des écrans et la perturbation de notre horloge biologique.

Éducation La méthode Barkley en pratique : comment mettre en œuvre un système de points encourageant les comportements positifs chez les enfants TDAH ?

Les chercheurs soulignent que cette lumière inhibe la production de mélatonine, hormone régulatrice du sommeil, contribuant ainsi à des nuits agitées et moins réparatrices.

L'appel irrésistible du virtuel : quand chaque pause devient une invitation à la connexion
L’appel irrésistible du virtuel : quand chaque pause devient une invitation à la connexion

D’ailleurs, l’équilibre fragile entre la vie numérique et la qualité de notre sommeil est un sujet d’étude prédominant dans le domaine de la cyberpsychologie, discipline consacrée à la compréhension de nos comportements en ligne et de leurs répercussions psychologiques.

Les réseaux sociaux, miroir déformant de notre réalité

Explorons maintenant le vaste domaine des réseaux sociaux, souvent pointés du doigt quand il est question du bien-être psychologique. La comparaison sociale, exacerbée par la mise en scène de vies idéalisées, semble jouer un rôle crucial dans notre perception de soi et de notre réalité.

Une enquête menée par l’Observatoire français des usages d’internet en 2020 révèle que 57 % des adolescents se sentent malheureux lorsqu’ils comparent leur vie à celle des autres sur ces plateformes.

Un univers ponctué de récompenses : les jeunes, navigateurs dans un océan de gratifications virtuelles
Un univers ponctué de récompenses : les jeunes, navigateurs dans un océan de gratifications virtuelles

La question se pose alors : comment naviguer dans cet océan d’images parfois trompeuses sans que notre estime de soi n’en soit ébranlée ?

Éducation Échappées belles en intérieur : idées lumineuses pour journées grises avec les tout-petits

L’écran, lieu d’évasion et de quête identitaire

Certes, les impacts négatifs des écrans sur notre psyché sont fréquemment mis en lumière. Toutefois, soulignons également le potentiel libérateur et exploratoire de ceux-ci.

Les forums de discussion, blogs, et autres espaces virtuels peuvent devenir de véritables havres de paix où l’individu, notamment celui en quête de son identité, trouve écoute et reconnaissance. En effet, l’écran peut aussi s’avérer être un lieu de rencontres, d’entraide et de solidarité.

Les réseaux sociaux et forums peuvent se transformer en espaces sécurisants et réconfortants pour certains adolescents. Dana Boyd,La psychologue et chercheuse

Jeux vidéo : entre addiction et réalisation de soi

L’immersion dans l’univers des jeux vidéo peut être double tranchant. Une enquête de l’OFDT en 2019 souligne que 8,5 % des 15-17 ans sont concernés par une utilisation problématique des jeux vidéo en France. Un taux qui n’est pas à négliger, et qui nécessite une attention particulière.

Jeunes et jeux vidéo : l'équilibre précaire entre sociabilisation virtuelle et réclusion digitale
Jeunes et jeux vidéo : l’équilibre précaire entre sociabilisation virtuelle et réclusion digitale

Cependant, loin d’être uniquement un lieu d’aliénation, le gaming peut également se révéler être un espace où l’on développe compétences, socialisation et estime de soi. Une étude parue dans le Journal of Youth and Adolescence en 2018 dévoile que les jeux en ligne peuvent favoriser le développement de compétences sociales chez les adolescents introvertis.

Des outils et recommandations pour une consommation d’écran saine

L’exposition aux écrans, si elle est essentielle dans notre société digitalisée, doit être régulée tant pour les adultes que pour les enfants.

L’Académie Américaine de Pédiatrie émet des recommandations claires : pas d’écran avant l’âge de 18 mois, et par la suite, une utilisation qui doit être progressive et supervisée, en particulier pour les enfants de moins de 5 ans. Pour les adultes, l’Organisation Mondiale de la Santé suggère également de limiter le temps passé devant les écrans pour éviter les effets néfastes sur le sommeil et la santé physique.

Écrans Jeux vidéos, réseaux sociaux : quel impact et conséquences sur la santé mentale des jeunes ?

Éveil et curiosité : les premiers apprentissages hors du monde numérique. Pas d'écran avant 1,5 ans.
Éveil et curiosité : les premiers apprentissages hors du monde numérique. Pas d’écran avant 1,5 ans.

Dans la quête d’une gestion saine du temps d’écran, plusieurs applications se révèlent être des alliées précieuses.

Pour les parents, des outils tels que « Qustodio » ou « Family Link » permettent de superviser et contrôler l’utilisation que font les enfants des appareils électroniques.

Ces applications offrent la possibilité de limiter le temps d’écran, de bloquer l’accès à certains contenus et d’obtenir un aperçu des activités en ligne des enfants.

Les adultes, quant à eux, peuvent se tourner vers des applications telles que « Forest » ou « Freedom », permettant de mesurer, voire de réduire, leur propre temps d’écran en bloquant l’accès à certaines applications ou sites web pour des périodes prédéfinies.

À l’évidence, une utilisation équilibrée des écrans requiert un certain degré de discipline et d’éducation médiatique.

Famille Divertir et éveiller pendant les jours de pause : naviguer entre culture, sport et loisir pour les enfants

Les applications de gestion du temps d’écran peuvent certainement aider à établir et maintenir des habitudes saines, mais le dialogue, la compréhension des enjeux liés à une surconsommation des écrans et l’adoption collective de bonnes pratiques s’avèrent tout aussi fondamentaux pour naviguer sereinement à travers notre univers digital.

Écrans et avenir : quel équilibre ?

Si le constat des impacts des écrans sur notre psychologie se complexifie à mesure que de nouvelles technologies voient le jour, la régulation de notre usage demeure un pilier incontournable du bien-être émotionnel.

Loin de diaboliser les écrans, il s’agit de conscientiser leurs effets, qu’ils soient négatifs ou positifs, et d’apprendre à naviguer avec sérénité dans cet océan numérique. Comment alors éduquer les jeunes générations à un usage réfléchi et maîtrisé des écrans sans sombrer dans une cyberphobie contre-productive ?

C’est là une question d’une importance cruciale pour les années à venir, un sujet qui mérite un dialogue ouvert et constructif entre chercheurs, psychologues, éducateurs et utilisateurs des mondes numériques.

Donnez votre avis

Soyez le 1er à noter cet article
ou bien laissez un avis détaillé

Vous aimez cet article ? Partagez !

Réagissez à cet article