L’hyperactivité démasquée : révéler le potentiel derrière le TDAH

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) se manifeste souvent comme un énergique tourbillon constant, perturbant la tranquillité des salles de classe et des foyers. Mais au-delà des bourrasques apparentes, il existe un potentiel inexploré, souvent masqué par les symptômes tumultueux du trouble lui-même.

S’armant de connaissance, les enseignants, parents et aidants peuvent dévoiler les talents dissimulés et favoriser un environnement propice au développement des individus concernés. Quelques points de lumières pour éclairer ce parcours parfois tumultueux.

Une mosaïque de symptômes

Distinguer le TDAH ne se limite pas simplement à identifier une hyperactivité physique. Il revêt une diversité de manifestations comportementales, émotionnelles et cognitives qui peuvent largement varier d’un individu à l’autre.

 Les troubles de l’attention et l’hyperactivité sont la partie visible de l’iceberg chez ces enfants, précise d’emblée l’enseignante. Parmi leurs autres difficultés, une mauvaise gestion du temps, des problèmes dans les fonctions exécutives, des troubles de l’apprentissage, une faible tolérance à la frustration, un contrôle ardu des émotions, de la colère en particulier – “Je pense, donc je dis !” –, de gros problèmes pour démarrer une tâche… Chris Foster, enseignante américaine

Des symptômes classiques tels que l’impatience, l’interruption fréquente, ou l’incapacité à rester assis peuvent côtoyer des signes moins perceptibles mais tout aussi perturbateurs, tels qu’une attention fluctuante, une distractibilité accrue, ou une organisation défaillante.

Pourquoi on en parle plus maintenant ?

  1. Amélioration des Techniques de Diagnostic :
    • Les méthodes et critères de diagnostic ont évolué et se sont améliorés au fil du temps.
    • Les professionnels de santé sont mieux formés pour reconnaître les symptômes du TDAH.
  2. Prise de Conscience et Déstigmatisation :
    • Une plus grande sensibilisation au TDAH a contribué à une plus grande acceptation et compréhension.
    • Les efforts pour déstigmatiser les troubles de santé mentale encouragent davantage de parents et d’enseignants à chercher de l’aide.
  3. Accessibilité de l’Information :
    • Les informations et ressources en ligne ont rendu la connaissance du TDAH plus accessible.
    • Les réseaux sociaux et autres plateformes numériques facilitent le partage d’expériences et de connaissances sur le TDAH.
  4. Recherche et Développement :
    • La recherche continue fournit de nouvelles perspectives et des données actualisées sur le TDAH.
    • Les nouvelles approches de traitement et les stratégies d’adaptation sont davantage diffusées.

Distinguer le TDAH de l’absence de limites : comprendre les variations comportementales chez les enfants

Enfant avec TDAH

  • Le TDAH est un trouble neurodéveloppemental avec des composants biologiques et génétiques.
  • Les symptômes, tels que l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité, persistent dans divers contextes (école, maison, activités récréatives).
  • Ces comportements se manifestent indépendamment du cadre et des attentes et sont souvent inappropriés pour l’âge de l’enfant.
  • Le TDAH affecte les enfants malgré une éducation et un cadre structurant appropriés.

Enfant sans cadre structurant

  • Les comportements disruptifs ou non conformes peuvent être des réponses à un manque de règles ou de limites claires.
  • En général, lorsque placés dans un environnement avec des règles et attentes claires, les comportements tendent à s’ajuster.
  • Les défis comportementaux peuvent souvent être atténués ou résolus grâce à des stratégies d’éducation positives et cohérentes.
  • Les comportements sont plus contextuels et peuvent ne pas se manifester de manière aussi constante ou ubiquitaire que dans le TDAH.

Il est crucial de se rappeler que seul un professionnel de la santé qualifié peut poser un diagnostic de TDAH, en utilisant des critères cliniques précis et en effectuant une évaluation approfondie.

Un enfant qui présente des comportements turbulents ou défiant l’autorité n’a pas nécessairement le TDAH et pourrait simplement répondre à son environnement ou traverser une phase de développement normale.

Le diagnostic de troubles du neurodéveloppement, tels qu’on identifie le TDAH, n’englobe pas tous les enfants qui pourraient être concernés, et certains parmi eux parviennent effectivement à bien gérer leur condition. Cependant, lorsqu’un enfant ne parvient pas à se développer conformément aux attentes et que des impacts significatifs sont observés dans divers aspects de son quotidien, il devient essentiel d’envisager d’identifier la cause sous-jacente.

Le chemin vers le diagnostic

Le processus diagnostic, essentiel pour comprendre et structurer une prise en charge adaptée, implique un ensemble de professionnels de santé.

Le diagnostic du TDAH, généralement établi sur la base de critères précis du DSM-5, implique des professionnels tels que les neuropsychologues, pédiatres, psychiatres, ou psychologues. Ces derniers s’attacheront à effectuer une évaluation approfondie qui prendra en compte les manifestations du trouble dans divers contextes de vie de l’individu.

La pose de diagnostics de Troubles du Neurodéveloppement n’est pas réservée aux consultations expertales hospitalières. Votre pédopsychiatre et ou psychiatre peut s’en charger Site web du CHU de Nantes

Plusieurs professionnels de santé se sont spécialisés au trouble.

Le site web de référence est l’association HyperSupers qui a des interlocuteurs privilégiés dans chaque régions. Les adhérents de l’association sont prioritaires.

En janvier 2024 une formation en ligne est proposée aux adhérents.

Cette formation partage notamment « Plongez En Nos Troubles » (PENT) qui est un webdocumentaire qui se penche sur le parcours scolaire des enfants souffrant du Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH).

Ce projet est réalisé en collaboration avec HyperSupers TDAH France.

Éducation La méthode Barkley en pratique : comment mettre en œuvre un système de points encourageant les comportements positifs chez les enfants TDAH ?

Sur une période de 8 semaines, l’équipe a suivi de près des élèves du primaire, du collège et du lycée, afin de mieux comprendre leur expérience éducative.

Un voyage immersif dans le monde du TDAH, où enfants, parents et professionnels de l'éducation unissent leurs voix pour éclairer les réalités quotidiennes et les stratégies d'adaptation
Un voyage immersif dans le monde du TDAH, où enfants, parents et professionnels de l’éducation unissent leurs voix pour éclairer les réalités quotidiennes et les stratégies d’adaptation

Ce webdocumentaire adopte une approche interactive pour répondre à des questions essentielles telles que :

  • Quels sont les signes caractéristiques du TDAH en milieu scolaire ?
  • Quelles sont les défis que rencontrent ces enfants en raison de leur inattention ?
  • Quelles solutions existent pour les aider à réussir leur scolarité malgré ces obstacles ?

Plongez dans cette exploration fascinante et instructive qui met en lumière la réalité des élèves atteints de TDAH et les moyens de les accompagner vers une éducation plus adaptée à leurs besoins.

Professionnels reconnus dans les Alpes-Maritimes

  • Le Docteur Hervé Caci, à Nice pédopsychiatre 04 92 03 08 49 . Très demandé donc environ 2 ans d’attente. A confirmer auprès de son secrétariat;
  • Le Docteur Isabelle Delattre, à Vence, pédiatre spécialisée TDAH 06 65 10 29 93. RDV via Doctolib. Ayant travaillé à la MDPH elle dispose de nombreux contacts de professionnels sur la région;
  • Le Docteur Fleur Acroute, médecin généraliste travaillant au Centre Référent des Troubles du Langage et des Apprentissages (CRTLA), Le CRTLA n’accueille que les enfants porteurs de troubles sévères des apprentissages. Ce centre s’adresse aux enfants âgés de 3 à 18 ans, porteurs de troubles du langage et des apprentissages sévères, complexes et durables, nécessitant une expertise de niveau 3. Un dossier doit être complété pour identifier si votre enfant relève de ce centre d’expertise.

Professionnels reconnus dans les Pays de la Loire

  • Le docteur Fanny Gollier-Briant à l’unité universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent au 02 53 48 26 53 ou par mail bp-uupea@chu-nantes.fr;
  • Martine Barada pédopsychiatre : 02 40 35 16 14.

Le DSM-V, soit le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e édition)

Il constitue une référence majeure dans le domaine de la psychiatrie et aborde une multitude de critères et points concernant le diagnostic des différents troubles mentaux, dont le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH). Voici quelques-uns des éléments clés qu’il explore concernant ce dernier :

  • Présence significative de symptômes : Le DSM-V exige que plusieurs symptômes inattentifs ou hyperactifs/impulsifs soient observés avant l’âge de 12 ans.
  • Durée et persistance des symptômes : Les symptômes, qu’ils soient inattentifs ou hyperactifs/impulsifs, doivent persister pendant au moins six mois pour un diagnostic valide.
  • Implication dans deux environnements différents : Les symptômes doivent être présents et avoir un impact dans au moins deux contextes de vie, tels que la maison et l’école.
  • Présence de difficultés significatives : Les symptômes doivent causer des difficultés sociales, scolaires, ou professionnelles notables.
  • Autres troubles mentaux : L’importance d’exclure d’autres troubles mentaux pour assurer que les symptômes ne sont pas causés par un autre problème psychologique.
  • Distinguer les types de TDAH : Le DSM-V spécifie différents types de TDAH (principalement inattentif, principalement hyperactif/impulsif, ou combiné) et détaille les critères pour chacun.
  • Considérations d’âge et de développement : Le diagnostic doit tenir compte du niveau de développement de l’individu et s’assurer que les symptômes ne sont pas simplement une manifestation de phases de développement typiques.
  • Exclusion de causes organiques : Le manuel insiste sur la nécessité d’exclure d’autres causes médicales des symptômes présentés.
  • Identification des comorbidités : Aborde la possibilité et la gestion des comorbidités fréquemment associées au TDAH, comme le trouble oppositionnel avec provocation ou le trouble anxieux.

Ces critères, parmi d’autres nuances et points abordés par le DSM-V, visent à assurer un diagnostic précis et complet du TDAH, en tenant compte de la complexité et de la variabilité des manifestations du trouble à travers différents contextes et étapes de la vie.

Pluridimensionnalité des soins

Les soins proposés pour le TDAH se veulent être un mélange équilibré et personnalisé d’interventions médicamenteuses et non médicamenteuses.

Des médicaments tels que le méthylphénidate, sont couramment prescrits. Parallèlement, des approches complémentaires, telles que la psychoéducation, la psychothérapie, ou encore les thérapies comportementales et cognitives, sont souvent mobilisées pour gérer les divers aspects du trouble.

La Thérapie Cognitivo-Comportementale (TCC)

Elle est reconnue pour son efficacité dans le traitement de divers troubles psychologiques, s’est révélée précieuse également dans l’accompagnement des personnes souffrant de Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH).

Les bienfaits des TCC sur le TDAH sont d’autant plus pertinents qu’ils apportent un soutien indéniable dans la gestion des symptômes quotidiens et des défis inhérents à ce trouble.

En ciblant les processus de pensée et les comportements des individus, la TCC aspire à modifier les schémas cognitifs dysfonctionnels, ainsi qu’à enseigner et renforcer des habiletés positives.

Ainsi, les personnes atteintes de TDAH apprennent à gérer de manière plus efficace leurs symptômes d’inattention, d’hyperactivité et d’impulsivité, ce qui se traduit par une amélioration dans divers domaines de leur vie quotidienne.

Par exemple, le renforcement positif et l’auto-surveillance, deux composantes clés de la TCC, peuvent aider à améliorer l’estime de soi et la maîtrise de soi, souvent affectées chez les individus atteints de TDAH.

Éducation Échappées belles en intérieur : idées lumineuses pour journées grises avec les tout-petits

Tourbillon familial : quand l’agitation motrice transforme la vie parentale

Les sessions de TCC abordent, entre autres, l’organisation, la planification, ainsi que les compétences sociales, à travers des méthodes pratiques et des scénarios quotidiens.

Elles aident non seulement à façonner les comportements et à structurer l’environnement de l’individu pour minimiser les distractions, mais elles offrent également des stratégies pour gérer le stress et la frustration, fréquemment rencontrés.

Cela se révèle particulièrement utile pour les enfants et adolescents qui doivent naviguer dans le monde structuré de l’éducation, mais également pour les adultes, face aux exigences professionnelles et sociales.

Il convient toutefois de noter que la réussite de la TCC dépend aussi du contexte global de prise en charge du TDAH, dans lequel la pharmacothérapie et les autres interventions (comme les aménagements scolaires ou professionnels) jouent également un rôle crucial.

La polyvalence et l’adaptabilité de la TCC offrent toutefois un cadre solide, proposant un complément thérapeutique d’une grande richesse, et apportant un soutien concret et applicable dans le vécu quotidien des personnes touchées par le TDAH.

Zoom sur les traitements phares

La gestion du TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité) englobe diverses approches, et parmi elles, l’administration de médicaments spécifiques.

Avant la mise en place du traitement par un pédiatre ou pédopsychiatre, votre enfant passera un ECG, électrocardiogramme afin de s’assurer qu’il n’est pas de risque cardio-vasculaire.

Précaution Précieuse : L'ECG comme garde-fou avant l'instauration du traitement du TDAH
Précaution précieuse : L’ECG comme garde-fou avant l’instauration du traitement du TDAH

Examinons ensemble les principaux médicaments les plus couramment prescrits sur le marché français, ainsi que leurs effets potentiels et secondaires.

MédicamentAction / Usage/commentairesDurée d’efficacité / AvantagesEffets secondaires
MédikinetModifie les quantités de certaines substances dans le cerveau, augmentant l’attention et réduisant les impulsions.Jusqu’à 8 heuresMaux de tête, difficultés d’endormissement, diminution de l’appétit.
ConcertaÀ libération prolongée, gère les symptômes sur l’ensemble de la journée scolaire et périscolaire.environ 12hPeut inclure une augmentation de la pression artérielle et des troubles de l’humeur.
QuasymLibération immédiate du principe actif suivie d’une libération prolongée.Durée moins longue que le ConcertaSimilaires à d’autres médications à base de méthylphénidate, comme l’appétit diminué ou les sauts d’humeur.
Ritaline
Existe en libération immédiate ou prolongée.A libération immédiate environ 4h00Maux de tête, douleurs abdominales, troubles du sommeil, et parfois des effets sur la croissance.
La molécule principale de ce traitement est le méthylphénidate. Ce qui va changer entre les différentes formules, ce sont les excipients qui vont libérer ce dernier différemment dans l’organisme.

Le méthylphénidate, ou MPH, le petit nom de la ritaline, est historiquement très peu prescrit en France. Nous avons l’utilisation la plus faible du monde. 1 patient sur 8, atteint de trouble de l’attention, bénéficie de ce médicament, qui a une vraie efficacité sur une durée courte (sans risque de dépendance). Il n’y a donc pas de surconsommation. Professeur Olivier BONNOT, chargé de pharmacologie et professeur de pédopsychiatrie au CHU de Nantes

La réaction au traitement varie selon le métabolisme individuel de chaque personne. Il peut être nécessaire d’explorer diverses options thérapeutiques afin de déterminer celle qui s’avère efficace

Décryptage des durées d'action des principaux médicaments contre le TDAH
Décryptage des durées d’action des principaux médicaments contre le TDAH, partagé par Arthur Jasinki sur le blog eveildutdah.fr

On associe souvent aux psychostimulants, si le besoin est présent, un traitement pour favoriser l’endormissement :

MédicamentAction / UsageDosageEffets secondairesPrécautions
Slenyto (Mélatonine)Régule les cycles veille-sommeil et facilite l’endormissement chez les enfants avec TDAH.Il est d’usage de commencer avec le dosage le plus bas, soit 1mg, et d’ajuster à 2mg selon les besoins.Généralement bien tolérée.Usage sous supervision médicale et avec évaluation précise avant prescription. Attention au surdosage qui peut avoir l’effet inverse et empêcher l’endormissement.
Zoom sur la Mélatonine : une hormone naturellement sécrétée par le corps, employée dans la gestion des troubles du sommeil chez les enfants TDAH.

Depuis le 13 septembre 2021, l’initiation d’un traitement par méthylphénidate ou son renouvellement annuel peut se faire en libéral. Site web du CHU de Nantes

Le renouvellement du traitement qui et classé en tant que psychostimulant doit être réalisé tous les 28 jours chez le médecin traitant qui pèsera et prendra la tension de votre enfant.

Le traitement choisi dépend du poids de l’enfant et de sa réponse au traitement. On commence toujours par un dosage faible puis par paliers.

Éducation Jeux vidéos, réseaux sociaux : quel impact et conséquences sur la santé mentale des jeunes ?

Toutefois, il convient de rappeler que la médication, bien qu’essentielle dans de nombreux cas, s’inscrit dans une stratégie thérapeutique plus large et doit toujours être abordée avec prudence et dans une logique de personnalisation.

La collaboration avec des professionnels de la santé spécialisés, une compréhension approfondie des différentes options et de leurs implications, ainsi que le suivi régulier, sont des éléments clés pour optimiser la prise en charge du TDAH.

Le parcours thérapeutique pour la gestion du TDAH est aussi divers que les individus qu’il vise à aider. Chaque traitement demande une évaluation continue de son efficacité et de sa sécurité, afin de garantir une prise en charge équilibrée et appropriée à chaque cas unique.

Adaptations scolaires : une nécessité

L’école, en tant qu’espace d’apprentissage et de socialisation, peut parfois s’avérer être un environnement éprouvant pour un enfant porteur du TDAH.

Des adaptations, comme des périodes de repos fréquentes, des instructions claires et concises, ou l’utilisation de méthodes d’enseignement visuelles et interactives, peuvent constituer des aménagements significatifs pour optimiser le parcours scolaire de l’élève.

Le rôle de la MDPH

La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) est un lieu d’accueil, d’information et d’accompagnement pour les personnes atteintes de handicap et leur famille.

En France, le TDAH est reconnu comme un handicap par la MDPH. Cela ouvre l’accès à un éventail d’aides et d’aménagements, notamment au sein du parcours scolaire, pour permettre aux enfants et aux adolescents de naviguer avec aisance à travers les divers défis qu’ils peuvent rencontrer.

Lorsqu’un enfant est diagnostiqué avec le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH), les parents peuvent solliciter diverses aides auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) afin d’assurer un accompagnement adapté.

Les aménagements à demander pour aider les enfants

D’une part, en ce qui concerne les aménagements, le Plan Personnalisé de Scolarisation (PPS) est un dispositif précieux qui vise à assurer une scolarisation réussie et épanouissante en adaptant les conditions d’apprentissage au besoin spécifique de l’enfant.

Il inclut diverses adaptations comme :

  • l’ajustement des temps de scolarité ;
  • l’utilisation d’outils pédagogiques spécifiques ;
  • le soutien d’un auxiliaire de vie scolaire selon les cas.

Ces informations serons consignés dans le Gevasco (Guide d’Évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation).

Points clés concernant le GEVASCO

Objectif

  • Évaluer les Besoins : Le GEVASCO vise à identifier et évaluer les besoins spécifiques de l’élève en tenant compte de ses capacités, ses limitations, et les obstacles auxquels il pourrait faire face dans le contexte scolaire ;
  • Élaboration du PPS : Les informations recueillies grâce au GEVASCO contribuent à l‘élaboration du Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) de l’élève.

Acteurs impliqués

  • Équipe Éducative : Le processus d’évaluation mobilise l’équipe éducative qui connaît bien l’élève ;
  • Parents : Les parents sont également impliqués et leurs observations et contributions sont prises en compte.

Principaux éléments analysés

  • Fonctionnalités : Évaluation des capacités et des limitations de l’élève dans différents domaines (moteur, cognitif, sensoriel, etc.) ;
  • Compensation : Identification des aides et aménagements nécessaires pour compenser les limitations et favoriser la participation active de l’élève ;
  • Environnement Scolaire : Analyse de l’environnement scolaire et de son adéquation aux besoins de l’élève.
Page d’un Gevasco partagé par Audrey sur lecoindesmaitresses.fr

Plan d’Action

  • Recommandations : Élaboration de recommandations et d’orientations pour assurer une scolarisation optimale et adaptée aux besoins de l’élève ;
  • Suivi : Le GEVASCO permet un suivi dans le temps des besoins de l’élève, et peut être revu et ajusté selon l’évolution de la situation.

Utilisation dans le parcours de scolarisation

  • Orientation : Il participe aux décisions d’orientation prises par la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) ;
  • Scolarisation : Contribue à définir le mode et le lieu de scolarisation le plus adapté à l’élève.

Approche centrée sur l’élève

  • Centré sur l’Élève : Au lieu de se concentrer uniquement sur les limitations ou le diagnostic, il s’attache à la manière dont l’élève interagit avec son environnement scolaire ;
  • Adaptabilité : Le GEVASCO cherche à élaborer un parcours de scolarisation qui soit flexible et adaptable aux besoins évolutifs de l’élève.

L’auxiliaire de vie peut-être une AESH-i ou une AESH-m

AESHi (Accompagnant d’Élève en Situation de Handicap Individualisé)

  • L’AESHi accompagne un élève en particulier et soutient son intégration et sa participation dans les activités scolaires ;
  • Cet accompagnement est personnalisé et adapté aux besoins spécifiques de l’élève, qu’ils soient éducatifs, physiques, ou sociaux.

AESHm (Accompagnant d’élève en situation de handicap mutualisé)

  • L’AESHm se consacre à l’assistance de plusieurs élèves en situation de handicap, soit de façon simultanée, soit successivement, sans qu’une attention soutenue et continue soit requise pour chacun ;
  • L’AESHm se consacre à l’assistance de plusieurs élèves en situation de handicap, soit de façon simultanée, soit successivement, sans qu’une attention soutenue et continue soit requise pour chacun ;
  • L’intervention se fait en stricte adhérence aux directives établies par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH).

Les recours si l’AESH ne s’est pas présenté

En l’absence de l’AESH de votre enfant s’il peut aller seul à l’école, il vous faudra envoyer un recommandé avec accusé de réception auprès du DASEN ( Directeur Académique des Services de l’Education Nationale ) de la DSDEN de votre région en indiquant la non-présence de l’aide humaine à la date indiquée.

Neurodéveloppement Le TDAH sous la loupe : comprendre et atténuer ses impacts via divers traitements

L'équilibre de la justice penche en faveur des enfants : un droit affirmé à une éducation adaptée, assurant la continuité d'une scolarisation ordinaire pour tous
L’équilibre de la justice penche en faveur des enfants : un droit affirmé à une éducation adaptée, assurant la continuité d’une scolarisation ordinaire pour tous

Si votre enfant ne peut pas se rendre à l’école sans son AESH pour des questions physiologiques ou psychologiques (harcèlement, dépression,…) vous pouvez faire un référé liberté où vous devrez déposer 2 procédures via le site Télérecours citoyen :

  • une requête en référé suspension ;
  • un recours pour excès de pouvoir.

Ces documents sont disponibles sur le site de l’association Toupi.fr.

Aides financières pour subvenir aux soins et ou matériel

D’autre part, du point de vue financier, plusieurs aides peuvent être sollicitées pour alléger le poids des coûts inhérents au trouble.

L’Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé (AEEH) vise à compenser les frais engendrés par l’éducation et les soins apportés à un enfant en situation de handicap.

L’Allocation Journalière de Présence Parentale (AJPP) peut être perçue si l’enfant est contraint de manquer l’école pour des soins. Si l’un des parents doit arrêter ou limiter son activité professionnelle cette aide peut-être accordé pour une période de 310 jours d’absences sur 3 ans maximum.

Tandis que la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) contribue plus largement à couvrir les diverses dépenses liées au handicap.

La PCH comprend 5 formes d’aides :

  • humaine;
  • technique;
  • aménagement du logement ou transport;
  • aide spécifique;
  • ou exceptionnelle, animalière.

Ces dispositifs, s’ils sont octroyés, permettent de mieux gérer les coûts et l’organisation qu’implique la prise en charge du TDAH, facilitant ainsi le quotidien des familles concernées.

Attention, toutes les aides ne sont pas cumulables, vous devez vous renseigner.

Potentiel et perspectives

Si le TDAH présente ses défis, il est aussi, selon certaines perspectives, associé à une créativité débordante, une énergie inépuisable et une capacité à penser en dehors des cadres établis.

Ces traits, s’ils sont canaliser et soutenus de manière adéquate, peuvent se transformer en atouts précieux, propulsant ces individus vers des horizons florissants et peut-être, inattendus.

Néanmoins il faut rester vigilant dans l’accompagnement de ses enfants différents :

Dans toutes les études examinées pour le rapport, les apprenants en situation de handicap se sont avérés être tout autant, voire plus susceptibles que leurs pairs non handicapés d’être victimes de violence et de harcèlement scolaire, dans certains cas beaucoup plus. Cela se retrouve à tous les niveaux d’éducation, mais en particulier entre 13 et 15 ans, pendant la transition entre la fin de l’enfance et le début de l’adolescence. Rapport de l’UNESCO en 2021

En définitive, démasquer l’hyperactivité, c’est révéler, reconnaître et valoriser le potentiel qui sommeille en chacun.

Famille Divertir et éveiller pendant les jours de pause : naviguer entre culture, sport et loisir pour les enfants

C’est adopter une approche qui non seulement atténue les tourments, mais également célèbre les particularités et les talents singuliers.

Car, comme le proclame un dicton africain : « L’arbre qui voit loin a des racines profondes ». Ainsi, l’avenir de ceux qui vivent avec le TDAH est à envisager avec une profondeur d’approche et une vision loin devant, où les obstacles présents deviennent les jalons d’une trajectoire épanouissante.

Donnez votre avis

5.0/5 · basé sur 1 vote
ou bien laissez un avis détaillé

Vous aimez cet article ? Partagez !

Réagissez à cet article