Le TDAH sous la loupe : comprendre et atténuer ses impacts via divers traitements

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Le Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) caractérise un ensemble de comportements, tels que l’inattention, l’impulsivité et l’hyperactivité, qui impactent significativement le quotidien et le développement de l’individu.

En cette journée mondiale du handicap, il faut rappeler que ce trouble affectant environ 5 % des enfants dans le monde selon l’American Psychiatric Association, le TDAH peut perdurer à l’âge adulte, nécessitant une exploration assidue des modalités de prise en charge.

Multiplicité des approches thérapeutiques

Le TDAH, en tant que trouble aux manifestations diverses, appelle une prise en charge pluridisciplinaire. Chaque professionnel de santé y joue un rôle déterminant, mobilisant des compétences spécifiques en réponse aux diverses problématiques du patient.

  • Psychomotricité : Amélioration de la coordination et l’interaction avec l’environnement;
  • Orthoptie : Ciblage et prise en charge des troubles visuels souvent corollaires.
  • Ergothérapie : Adaptation de l’environnement à l’individu pour faciliter son quotidien et ses interactions
  • Psychologie : Travail sur les comportements et émotions, soutien dans la gestion du trouble
  • Psychiatrie : Gestion médicamenteuse et régulation des symptômes par des approches pharmacologiques

Ces différentes approches, en synergies, forment un réseau de soutien dense et modulable, s’adaptant aux spécificités de chaque cas de TDAH, assurant ainsi une prise en charge globale et individualisée.

L’orthoptie : une lumière sur les troubles oculomoteurs dans le TDAH

Les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) se manifestent souvent concomitamment avec des problématiques visuelles, particulièrement des troubles oculomoteurs, méritant une attention particulière. L’orthoptie, souvent méconnue du grand public dans le contexte du TDAH, se pose alors comme un pilier essentiel dans le suivi pluridisciplinaire de ces patients.

Les troubles oculomoteurs impliquent des difficultés à coordonner et contrôler les mouvements des yeux.

Cela se traduit généralement par une incapacité à suivre correctement un objet en mouvement ou à fixer son regard sur un point précis.

Pour les enfants avec un TDAH, ces difficultés peuvent engendrer des obstacles conséquents dans l’apprentissage et la concentration, notamment dans le cadre scolaire où la lecture, l’écriture et le suivi visuel en classe sont omniprésents.

Ludique et éducatif : la fillette, œil habilement couvert, plonge dans une séance d’orthoptie enrichissant sa motricité conjuguée et ses capacités fusionnelles
Ludique et éducatif : la fillette, œil habilement couvert, plonge dans une séance d’orthoptie enrichissant sa motricité conjuguée et ses capacités fusionnelles

L’intervention de l’orthoptiste, professionnel de santé spécialisé dans la rééducation des troubles visuels, s’avère souvent fondamentale.

TDAH La méthode Barkley en pratique : comment mettre en œuvre un système de points encourageant les comportements positifs chez les enfants TDAH ?

Son expertise permet d’identifier et de travailler spécifiquement sur ces désordres visuels à travers une série d’exercices et de stimulations ciblés. Le travail en orthoptie peut améliorer la stabilité du regard, optimiser les saccades oculaires et, à plus long terme, participer à une meilleure aisance dans les activités sollicitant fortement le système visuel, tels que la lecture ou les activités manuelles précises.

Ces exercices, réalisés régulièrement et intégrés dans le parcours thérapeutique global du patient, peuvent participer activement à l’amélioration de la qualité de vie et des apprentissages des enfants atteints de TDAH.

En effet, stabiliser et optimiser les capacités visuelles, en parallèle d’autres prises en charge, est une étape potentiellement bénéfique, d’autant plus lorsque l’on connaît l’impact des troubles visuels sur l’estime de soit. Cela contribue à l’épanouissement scolaire et social des enfants.

Psychomotricité : une clef de voûte articulant motricité globale et fine

La psychomotricité, en articulant motricité globale et fine, se révèle être un élément primordial dans la prise en charge des enfants atteints de TDAH.

La motricité globale concerne les mouvements de l’ensemble du corps, impliquant des actions comme courir, sauter, ou encore lancer, tandis que la motricité fine s’ancre dans la coordination des mouvements plus précis, notamment ceux des mains et des doigts.

Mains et mouvements : le jeune garçon, guidé par sa psychomotricienne, navigue à travers l’exploration ludique de son schéma corporel
Mains et mouvements : le jeune garçon, guidé par sa psychomotricienne, navigue à travers l’exploration ludique de son schéma corporel

Pour les enfants avec un TDAH, la psychomotricité joue un rôle crucial dans l’harmonisation de leur schéma corporel. Les exercices de motricité globale visent à améliorer la coordination, la gestion de l’espace, ou encore la régulation de l’énergie débordante souvent observée dans le TDAH.

Quant à la motricité fine, elle s’avère essentielle dans les activités nécessitant une précision et une dextérité minutieuses, telles que l’écriture, la manipulation d’objets, ou l’habillage.

Confort et créativité manuscrite : l’importance d'une posture saine et d'un schéma corporel conscient se reflète dans l’aisance avec laquelle le garçon laisse courir sa plume
Confort et créativité manuscrite : l’importance d’une posture saine et d’un schéma corporel conscient se reflète dans l’aisance avec laquelle le garçon laisse courir sa plume

Face à l’importance du graphisme, particulièrement dans le parcours scolaire, la psychomotricité prend une place significative.

Les psychomotriciens interviennent pour optimiser la gestuelle graphomotrice, favorisant ainsi une écriture fluide, lisible, et moins coûteuse sur le plan énergétique.

À travers divers ateliers et exercices ludiques, le praticien travaille notamment sur la tenue du crayon, la formation des lettres, le rythme d’écriture, et la posture corporelle.

Neurodéveloppement Échappées belles en intérieur : idées lumineuses pour journées grises avec les tout-petits

Ergothérapie et psychomotricité : une complémentarité dans l’approche du graphisme

Lorsque l’on évoque la question du graphisme chez l’enfant, l’ergothérapie et la psychomotricité, bien que distinctes, s’entrelacent souvent dans le parcours de soins.

Tandis que le psychomotricien se centre principalement sur la gestion du mouvement, la fluidité et la coordination de l’écriture, l‘ergothérapeute, lui, focalise son action sur l’adaptation de l’environnement et l’outil scripteur à l’individu.

L’ergothérapeute analyse minutieusement les besoins spécifiques de l’enfant, proposant des solutions concrètes telles que le choix d’un stylo adapté ou l’aménagement de l’espace de travail, visant à minimiser l’impact des difficultés rencontrées.

Naviguer à travers les sens : en pleine séance, un sourire éclaire le visage du jeune garçon, démontrant qu'au cœur des défis sensoriels, la connexion et la compréhension mutuelle créent un ancrage rassurant
Naviguer à travers les sens : en pleine séance, un sourire éclaire le visage du jeune garçon, démontrant qu’au cœur des défis sensoriels, la connexion et la compréhension mutuelle créent un ancrage rassurant

En somme, tandis que le psychomotricien s’attellera à travailler sur la qualité du mouvement en lui-même, l’ergothérapeute se consacrera à ajuster l’environnement de l’enfant, dans l’objectif ultime de favoriser son autonomie et de faciliter son accès à l’écrit.

Colorer sans contrainte: l'utilisation de feutres ergonomiques permet à ce jeune dessinateur de s'exprimer librement, tout en préservant sa musculature de l’épuisement et de la tension
Colorer sans contrainte: l’utilisation de feutres ergonomiques (de forme triangulaire) permet à ce jeune dessinateur de s’exprimer librement, tout en préservant sa musculature de l’épuisement et de la tension

Cette dualité d’interventions, bien que différentes dans leur approche, s’avère souvent complémentaire et permet d’englober de manière plus holistique les problématiques liées au graphisme dans le contexte du TDAH.

L’orthophonie dans le traitement du TDAH : une approche ciblée sur les compétences communicationnelles et linguistiques

L’orthophonie, bien que traditionnellement associée aux soins relatifs à la parole et à la langue, représente une composante précieuse dans la prise en charge des enfants atteints de TDAH.

L’une des problématiques fréquemment observées chez les enfants atteints de ce trouble est la difficulté à communiquer de manière cohérente et structurée, que ce soit à l’oral ou à l’écrit. Les enfants peuvent manifester des difficultés à organiser leurs idées, à structurer leurs phrases ou à suivre une conversation.

Les orthophonistes, par leur expertise, interviennent sur plusieurs aspects du langage et de la communication qui peuvent être affectés par le TDAH, notamment :

  • La fluidité verbale : travailler sur la capacité à formuler des phrases de manière fluide et cohérente.
  • La compréhension : développer les compétences de compréhension des consignes et du langage en général.
  • L’expression écrite : renforcer les compétences en matière d’orthographe, de grammaire et de syntaxe.
  • L’attention auditive : améliorer la capacité à se focaliser sur une source sonore et à en extraire les informations pertinentes.
  • La mémoire de travail verbale : consolider la capacité à retenir et à manipuler les informations linguistiques.
  • Les habiletés conversationnelles : développer les compétences sociales liées au langage, comme savoir attendre son tour pour parler ou maintenir un sujet de conversation.

Au-delà de ces aspects, les orthophonistes jouent également un rôle crucial dans le soutien à l’organisation du discours.

Pour un enfant avec TDAH, suivre un fil conversationnel ou narratif peut s’avérer complexe.

Neurodéveloppement L’hyperactivité démasquée : révéler le potentiel derrière le TDAH

Les professionnels de l’orthophonie mettent donc en œuvre des stratégies spécifiques pour améliorer la cohérence et la séquentialité du discours, et par extension, favoriser une communication plus aisée dans divers contextes sociaux et éducatifs.

Le rôle pivot des unités spécialisées

La gestion du TDAH peut s’effectuer au sein de structures spécialisées telles que les Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) ou les Centres Médico-Psychologiques (CMP).

L’Unité universitaire de psychiatrie de l’enfant, par exemple, propose une approche intégrative et un suivi personnalisé, conjuguant expertise médicale et soutien psychologique.

Le CMP, offrant un accès sans égard aux conditions socio-économiques, permet un accompagnement pour le suivi du TDAH. Des séances de psychomotricité, de psychologie et de psychiatrie peuvent être proposées. En cas de difficulté dans un établissement, il est possible qu’un éducateur spécialisé intervienne en classe pour identifier les difficultés de l’enfant et émettre des recommandations.

Les CMP font face à une demande importante, souvent disproportionnée par rapport à leurs ressources disponibles, particulièrement dans certaines régions. La méthodologie appliquée au TDAH peut fluctuer, dépendant largement des formations et convictions personnelles du personnel, y compris en ce qui concerne l’usage de médicaments.

En cas de crise, le CMP est en mesure de déployer une réactivité nécessaire, surtout si l’enfant est confronté à une détresse telle qu’une dépression ou des idées suicidaires.

Facilitation et adaptation du contexte scolaire

L’adaptation du contexte scolaire constitue un point névralgique dans l’accompagnement d’un élève présentant un TDAH.

Divers outils et stratégies, tels que l’utilisation d’un ordinateur, d’un scanner ou l’ajustement du mobilier, peuvent être instaurés afin d’atténuer les barrières inhérentes au trouble.

Vers l'indépendance grâce aux touches: l'habileté de cette jeune fille au clavier témoigne de la puissance d’une intégration technologique précoce en vue d'une autonomie éducative durable pour pallier aux difficultés trop importantes du graphisme
Vers l’indépendance grâce aux touches: l’habileté de cette jeune fille au clavier témoigne de la puissance d’une intégration technologique précoce en vue d’une autonomie éducative durable pour pallier aux difficultés trop importantes du graphisme

Ces aménagements, loin de constituer des privilèges, s’inscrivent dans une démarche inclusive, visant à offrir un terrain propice à l’épanouissement et à l’autonomisation de chaque élève.

Mise en place de l’ordinateur

L’assimilation du clavier et de l’utilisation d’un ordinateur au sein du contexte scolaire est un périple éducatif qui demande une persévérance et une continuité tout au long de l’année scolaire.

Médical Santé et style, le duo gagnant : comment vos chaussures influencent votre bien-être ?

Intégrer ces compétences ne se réalise pas lors d’une session isolée, mais à travers un apprentissage régulier et progressif sous l’égide d’un professionnel, tel un ergothérapeute.

L’ergothérapie joue un rôle crucial en adaptant les outils technologiques aux besoins spécifiques de chaque enfant, en veillant à ce que la posture, la manipulation du clavier et la gestion de l’espace de travail soient ergonomiques et propices à un environnement d’apprentissage sain et stimulant.

Cela requiert une collaboration soutenue entre l’élève, les parents, l’ergothérapeute et les enseignants afin de créer un parcours personnalisé et évolutif, ajusté régulièrement en fonction des progrès et des challenges rencontrés.

Ainsi, l’ancrage de ces compétences numériques se fait de manière durable et adaptée, garantissant une transition en douceur vers une autonomie numérique scolaire.

La fréquence et la régularité des sessions d’ergothérapie, ajustées aux besoins de l’enfant, se révèlent donc être les pierres angulaires pour bâtir une aisance et une maîtrise de l’outil informatique qui perdureront au-delà de l’année scolaire en cours.

Si les difficultés persistent

Malgré un suivi assidu et une collaboration étroite entre les divers acteurs éducatifs et thérapeutiques, il peut arriver que les résultats escomptés ne soient pas à la hauteur des efforts investis en termes de maîtrise du clavier et de l’utilisation de l’outil informatique par l’enfant.

Dans de telles circonstances, il est impératif de ne pas négliger l’importance d’une adaptation continuelle des méthodes et des supports pédagogiques pour l’élève concerné.

Le Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS), un document stratégique, se présente alors comme un levier essentiel.

Il doit, en effet, être envisagé comme une voie propice à garantir à l’enfant un environnement académique le plus adapté et bienveillant possible, en alignement avec ses besoins spécifiques et sa singularité.

Demander, au travers de ce projet, des aménagements spécifiques tels que la fourniture systématique des cours soit en support numérique, soit en format papier, s’inscrit dans une démarche proactive visant à offrir à l’élève toutes les chances de réussite et de développement.

Mode de vie Les bienfaits du jardinage sur la santé mentale et physique

En effet, s’assurer que chaque leçon, exercice ou support de cours soit accessible dans un format qui réponde aux besoins de l’enfant et pallie aux difficultés rencontrées, permet non seulement de préserver son estime de soi mais également de favoriser son autonomie et son engagement dans le parcours scolaire.

Les modalités d’apprentissage se doivent d’être fluides et d’épouser au plus près les contours des capacités et des défis de l’enfant.

Ainsi, à travers une demande d’aménagements raisonnés et pertinents, explicitée dans le PPS, l’école et les professionnels entourant l’enfant conjuguent leurs efforts pour ériger un pont solide sur lequel il pourra avancer, avec confiance et sérénité, vers les rivages de la connaissance et de l’épanouissement personnel.

Vers une société éclairée et inclusive

La route vers une intégration optimale des individus atteints du TDAH passe inévitablement par une vulgarisation et une démystification du trouble. Éducation, prise en charge, et adaptation sociale s’entrelacent, formant un triptyque indissociable dans le processus d’appréhension et de gestion du TDAH.

Il appartient à chaque strate de la société, de l’école à l’espace professionnel en passant par le cercle familial, de s’imprégner de ces enjeux, ouvrant la voie à un futur où chaque individu, quelles que soient ses particularités, trouve sa place et s’épanouit pleinement.

Donnez votre avis

Soyez le 1er à noter cet article
ou bien laissez un avis détaillé

Vous aimez cet article ? Partagez !

Réagissez à cet article